LES ARCHITECTES DE LA BASILIQUE SAINT-PIERRE

La Basilique Saint-Pierre est la plus célèbre et probablement la plus belle église du monde.
Les travaux commencèrent en 1506 et il fallut 120 ans avant que la Basilique puisse être consacrée.
Encore aujourd'hui Saint-Pierre est l'une des plus grandes églises de la planète avec ses 187 mètres de longueur et son dôme emblématique qui atteint une hauteur de 133 mètres.

 

La malédiction des premiers architectes: Rossellino, Bramante et Raffaello.

Au milieu du XVe siècle, la Basilique de Constantine, aussi connue sous le nom de Basilique Saint-Pierre, commençait à s'écrouler.
Le Pape de l'époque, Nicolas V, décida alors d'entreprendre des travaux de restauration. La mission fut confiée à Bernardo Rosselli. Le projet proposé était assez audacieux: Rosselli voulait démolir la vieille église pour en construire une nouvelle.
Nicolas V accepta la proposition, mais peu de temps après, il mourut. Il ne resta alors du projet, qu'un mur élevé à l'extérieur de la Basilique de Constantine. Les 7 papes qui suivirent,  préférèrent quant à eux, se consacrer à l’enrichissement de  l'ancien édifice.

Ce n'est donc qu'au début des années 1500, que l’on reparla d'une nouvelle basilique. Le Pape Jules II qui était homme de grande ambition, commanda à Michel-Ange son tombeau. L'artiste florentin dessina pour lui, un immense monument avec une pyramide et sur lequel devait se tenir au moins 40 statues. Le Pontife était satisfait du projet, mais il s’avéra finalement que l'église de Constantin n'aurait jamais eu assez d‘espace pour pouvoir accueillir la grande tombe.
Afin de trouver un endroit digne d’accueillir son monument funéraire, Jules II décida alors de faire construire l’actuelle Basilique Saint-Pierre. Les autres raisons à cette décision étaient que les conditions de l'ancien édifice s’avéraient être de plus en plus précaires, sans compter que le fameux consensus aurait conduit à la construction d'un nouveau et merveilleux Temple du Christianisme.
L'architecte de l’époque en charge était Bramante. Celui-ci eut une idée révolutionnaire: au lieu de construire une église classique en forme de croix latine avec 5 allées, il proposa plutôt une structure en forme de croix grecque dotée d’un grand dôme central.
C’est ainsi, que la première pierre de la nouvelle Basilique Saint-Pierre fut posée en 1506. Mais malheureusement entre 1513 et 1514, Jules II et Bramante moururent tous les deux, ne léguant ainsi à leurs successeurs, que les quatre gigantesques pylônes qui auraient dû soutenir la coupole.

Le Pontife suivant Léon X, décida alors de confier les travaux à un grand artiste de l'époque : Raphael. Malheureusement, le célèbre peintre mourut à seulement 37 ans et son projet ne fut jamais réalisé. La Basilique selon Raphaël aurait été en forme de croix latine et dotée à l'intérieur, d’un jeu très raffiné de lumières et d'ombres. Les fidèles auraient pu parcourir la nef centrale dans une semi-obscurité et rejoindre l’autel jusqu’au au tombeau de Saint-Pierre où là, ils auraient été soudainement enveloppés de lumière.

 

La Basilique de Sangallo

Après Raphael ce fut au tour d’Antonio da Sangallo,  architecte en chef de la Fabrique de Saint-Pierre entre 1520 et 1546. Mais, durant une grande partie de cette période, les travaux furent malheureusement  bloqués en raison de problèmes économiques de l'église.
Sangallo fit approfondir les plans de l’architecte Bramante afin de comprendre exactement à combien correspondait l’entière superficie de l'ancienne basilique. En réalité, cette zone était considérée comme un lieu sacré et Léon X prétendait qu'elle était incluse dans la nouvelle construction. Afin d’atteindre son objectif, l'architecte décida alors de concevoir une façade entre les deux clochers, reliée au corps principal de l'église par un vestibule.
À la demande du Pape Paul III, Antonio da Sangallo réalisa un magnifique modèle en bois de son projet. Ce travail nécessita 8 longues années ainsi qu’une quantité d'argent qui aurait pu être suffisante pour construire une véritable église.
Le modèle, haut de 4,5 mètres est le plus grand de l’époque de la Renaissance et on peut encore l’admirer aujourd’hui, dans l'un des Octogones de Saint-Pierre. Les Octogones sont situés au sommet, au-dessus des quatre grandes Chapelles Angulaires.

 

      
Qui a conçu le Dôme de Saint-Pierre?

À la mort de Sangallo, le projet fut proposé à Michel-Ange Buonarroti. Mais l'artiste florentin qui avait désormais plus de 70 ans, refusa l'offre à plusieurs reprises  jusqu'à ce que le Pape Paul III finisse par le forcer à accepter. Michel-Ange qui n'aimait pas le travail de son prédécesseur, décida donc de démolir plusieurs des pièces qu'il avait faites construire. Ensuite, il reprit le projet initial de Bramante et élabora un immense dôme comme élément central de la basilique. Pour cela, il s’inspira du Dôme de Florence, conçu par Brunelleschi.
A la mort de Buonarroti, les travaux de la nouvelle Basilique n’étaient pas achevés et il manquait encore les chapelles angulaires, la façade ainsi que la coupole. Seul le tambour à colonnes avait été terminé.
En 1587, les travaux d’achèvement de la coupole furent confiés à Giacomo Della Porta -ancien architecte en chef de la Fabrique- et à son assistant Domenico Fontana. Cette fois-ci, le travail fut terminé en seulement deux ans, un cinquième du temps qui avait été prévu au départ.

 

Carlo Maderno et Gian Lorenzo Bernini

C’est en 1603 que la direction des œuvres passa à Carlo Maderno. La nouvelle Saint-Pierre elle, vivait encore aux cotés de l'ancienne basilique. Et entre-temps, le nombre de partisans de la vieille église avait grandi ; ceux qui ne voulaient pas voir abattre la vieille église mais qui au contraire, suggéraient de l'utiliser comme une sorte d'Atrium pour le nouveau temple
Le Pape Paul V décida néanmoins de faire abattre les vieux murs, dont plusieurs blocs de marbre avaient déjà commencé à se détacher. Ensuite, il demanda à Maderno d’allonger l'aile Est de la nouvelle église, englobant ainsi la superficie de l'ancienne basilique. La façade de cette façon, se trouvait positionnée beaucoup plus loin en avant. Et pour la  relier à l'édifice de Michel-Ange, Maderno réalisa une structure comprenant trois nefs. C’est de cette manière que la Basilique Saint-Pierre prit une forme longitudinale, en forme de croix latine.

Mais par rapport au projet initial de Michel-Ange, la coupole maintenant, se trouvait située en retrait et non plus à l'entrée. La façade quant à elle, était trop plate pour que le dôme puisse ressortir et se démarquer correctement. On pensa alors à l'encadrer entre deux clochers. Et ni Maderno, ni Bernini, ne réussirent dans la construction des tours, car le sol en-dessous était trop mou.
C’est en 1626, que  la Basilique Saint-Pierre fut enfin achevée et que le Pape Urbain VIII put la consacrer.
Saint Pierre était peut-être maintenant consacrée, mais son intérieur quant à lui, était encore complètement nu. La tâche suivante fut donc de la décorer, de classer et d'organiser les différentes œuvres d'art qu'elle contenait déjà. Tâche qui fut confiée à Gian Lorenzo Bernini.

Le premier problème devant lequel Bernini se trouva tout de suite confronté fut celui du positionnement de l'autel principal. On ne savait pas bien s'il fallait le placer au-dessus du tombeau de Saint-Pierre, au centre de la croix ou bien, dans l'abside comme c'était la tradition pour les églises en forme de croix latine. Bernini décida alors de réaliser deux autels majeurs. Au-dessus de la croix, il réalisa un magnifique baldaquin en bronze, grâce auquel il put satisfaire toutes les exigences pratiques et artistiques: remplir partiellement l'espace entre le sol en forme de croix et la coupole très élevée,  tout en n’entravant pas la vue depuis le sommet de l'abside.
Les interventions de Bernini furent nombreuses et souvent géniales. Il s'occupa du pavement de la basilique, de la création d'un monument contenant la Cathédrale de Saint-Pierre, de la décoration des quatre pylônes de la coupole, des sculptures, des sépulcres et enfin, de la magnifique colonnade située devant la basilique.