LA GUARDE SUISSE PONTIFICALE

Lorsqu’aujourd'hui on parle  des Gardes Suisses, on pense tout de suite aux  membres de la Garde Suisse Pontificale, ces jeunes soldats vêtus de costumes de l’époque de la Renaissance et avec lesquels les touristes adorent se faire photographier à Saint-Pierre.

Mais il faut savoir qu’ entre le XVIème et le XIXème siècle, on utilisait l’expression  « Gardes Suisses »  pour désigner les mercenaires suisses qui étaient chargés de diverses fonctions militaires et de sécurité auprès des plus grandes Cours d’Europe. La Garde Suisse Pontificale.

 

 

 

Fondation de la Garde Suisse Pontificale

La Garde Suisse Pontificale a été instituée par le Pape Julius II, le 22 janvier 1506.

Ce jour-là,  cent cinquante soldats suisses qui étaient sous les ordres du Capitaine Kaspar Von Silenen, atteignent Rome. Ils entrent par la Porte du Peuple et arrivent à Saint-Pierre. C’est ici, dans la loggia des bénédictions de la Basilique, que le Pape les bénira.

Depuis cette date et depuis plus de cinq cents ans, les Gardes Suisses se sont toujours occupés de la protection et de la sécurité des Papes.

 

 

 

Le saccage de Rome

Quelques années plus tard en l’an 1525, les Gardes Suisses furent mis à rude épreuve. Ce  fut certainement, le moment le plus difficile de toute l’existence de la corporation.

Le 6 mai 1527, les troupes de l’Empereur Charles Quint, composées essentiellement de soldats espagnols et de mercenaires allemands, envahissent et pillent la ville de Rome. Ce jour-là malheureusement, 147 Gardes Suisses périssent pour permettre au Pape Clément VII d’atteindre le Castel Sant ‘Angelo (le Château Saint-Ange) et de se mettre en sécurité.

 

 

Serment

C’est pour cette raison que le Serment des nouvelles recrues de la Garde Suisse Pontificale se tient chaque année le 6 mai, le jour de l’anniversaire du Saccage de Rome en 1527. La cérémonie se déroule dans la Cour de San Damasco (Saint-Damas) au Vatican. Le Serment est lu dans les quatre langues officielles de la Suisse : le français, l’italien, le ladin et l’allemand. Ensuite la formule est répétée par chacune des recrues dans sa propre langue, tout en brandissant le drapeau de la Garde Suisse dans la main gauche et en levant  la main droite avec trois doigts pointés vers le haut pour indiquer la Sainte Trinité.

 

 

Comment devenir un Garde Suisse

Afin d’avoir la possibilité de s’engager un jour dans la Garde Suisse, différentes compétences sont requises. Tout d’abord, il est nécessaire d’être de nationalité suisse et d’être âgé de moins de 30 ans. L’inscription est réservée aux candidats masculins célibataires : les Gardes Suisses peuvent cependant, se marier après l’âge de 25 ans, à la condition d’avoir déjà fait trois ans de service, de s’engager à servir pour  trois autres années et de surcroit,  avoir déjà atteint au moins, le grade de Caporal.

Bien sûr , les candidats doivent être pratiquants catholiques, jouir d’une réputation sans faille et  passer des examens de santé rigoureux, plus un test psychologique. En outre, ils doivent avoir fait leur service militaire dans l’Armée Suisse et être en possession d’un diplôme d’étude secondaire ou d’un certificat d’étude professionnelle. Enfin, ils ne peuvent pas participer si leur taille est inférieure à 1m74.

 

 

L’armée la plus petite du monde

La Garde Suisse Pontificale est la plus petite armée du monde, comme l’indique le titre du documentaire dédié en 2015 aux soldats chargés de la protection du Pape. Le Corps des Gardes Suisses compte 110 hommes : 6 officiers, 26 sous-officiers et 78 gardes ou hallebardiers. Le Commandant de la Garde Suisse est appelé « Oberst » ou « Colonel ». L’un des autres officiers est appelé « Kaplan » ou « Aumônier Militaire », c’est lui qui prépare les nouvelles recrues au Serment et il est d’un grand soutien spirituel pour la corporation entière.

La mission principale de la Garde Suisse Pontificale est de garantir la sécurité du Souverain Pontife dans sa résidence, durant les célébrations liturgiques et au cours de ses voyages. Lorsque le Saint-Siège Apostolique est vacant, les Gardes Suisses protègent le Sacré Collège des Cardinaux. Depuis 1929, ils président aussi devant les portes, à l’entrée du Vatican.

Dans le passé et jusqu’à l’élection du Pape François, tous les autres Souverains Pontife avaient pour habitude de résider au Palais Apostolique : la Gendarmerie de la Cité du Vatican était donc chargée de s’occuper de la sécurité à l’extérieur du Palais, tandis que les Gardes Suisses eux, s’occupaient de la sécurité à l’intérieur.

Depuis, avec la décision du Pape François de résider au contraire à Santa Marta, les deux Corps ont donc dû donner naissance à une équipe mixte chargée de la protection du Saint -Père.

 

 

L’uniforme de gala : Michel-Ange ou Raphaël ?

Lorsqu’on pense aux Gardes Suisses, la première image qui nous vient à l’esprit est leur uniforme d’inspiration Renaissance composé de bandes rouges, jaunes et bleues. Les couleurs  jaune et bleu proviennent de l’écusson de la famille du Pape Julius II,  la famille des Rovere ; tandis que la couleur rouge appartient à la famille des Médicis dont faisait partie le Pape Clément VII.

 

Pendant longtemps, le bruit courrait que l’uniforme des Gardes Suisses était l’œuvre de Michel-Ange ou celle de Raphaël. En réalité, Michel-Ange n’a rien à voir avec leur uniforme ; quant à Raphael, il se serait tout au plus inspiré de la manche gonflée

 

En dépit de ces croyances, l’uniforme de gala tel que nous le connaissons aujourd'hui a été introduit au début du XXème siècle par le Commandant Jules Repond. Pour le réaliser, il fit une étude approfondie des représentations artistiques des Gardes Suisses à partir de l’époque de la Renaissance.

Normalement, l’uniforme de gala est accompagné d’un béret bleu.

À Noël, à Pâques et à l’occasion du  Serment, les Gardes Suisses portent par dessus leur uniforme une armure du XVIIème siècle ainsi qu’un casque de métal argenté orné de plumes d’autruche.

Il existe un autre uniforme dit, de « Manœuvre », complètement bleu avec le col et les poignets blancs : il est utilisé pour les recrues de l’école, le service de nuit ainsi qu’à l’entrée de Sant ‘Anna.

 

St. Peter's Basilica adopts Vox Connect with immediate effect.

Guides and groups visiting St. Peter’s can confidently socially distance by using ‘Vox Connect’ on their own smartphones. This innovative and easy to use technology allows visitors to enjoy safe and secure guiding with crystal-clear commentary.

You can download Vox Connect for FREE from your app store and continue using it, anywhere you wish, without charge until the end of this trial period*

*Demo valid till 31st August 2020

You have Successfully Subscribed!