Histoire de Pâques

Pâques est la fête la plus importante du christianisme et également la plus solennelle. Elle célèbre la résurrection de Jésus-Christ qui eut lieu le troisième jour après sa crucifixion.
Contrairement à celle de Noël, la date de Pâques varie d'année en année.
La fête chrétienne de Pâques présente des similitudes à la fois avec la Pâque juive et avec certaines antiques fêtes païennes.

 

La fête de Pâques à Saint-Pierre


Des célébrations ont lieu auprès de la basilique Saint-Pierre le dimanche de Pâques, mais également durant toute la semaine sainte, à partir du dimanche précédent, appelé le dimanche des Rameaux.
La passion du Christ est célébrée l'après-midi du Vendredi Saint dans la basilique, tandis que le rituel du Chemin de croix débute le soir, à partir du Colisée.
Le Chemin de Croix commémore la route du calvaire du Christ condamné à la crucifixion sur le Golgotha : cette procession se compose de 14 stations à la fin desquelles les fidèles reçoivent la bénédiction apostolique du Pape.
La participation au Chemin de Croix est libre, mais un billet est requis pour assister à la sainte messe du dimanche de Pâques. Les billets sont gratuits et peuvent être demandés en écrivant à la Préfecture de la Maison pontificale.
À la fin de la messe de Pâques, le Pape prononce la bénédiction Urbi et Orbi, durant laquelle il invoque la rémission des péchés de les fidèles présents.

 

Que signifie le mot « Pâques » ?


Le mot Pâques vient du grec pascha, qui dérive à son tour du terme araméen pesah, qui signifient tous les deux « passage » ou « passer ».
Dans le monde chrétien, Pâques représente le passage du Christ de la mort à la vie et le passage des Hommes du péché au salut.
La Pâque juive, pessa’h, commémore le passage des Juifs fuyant l’Égypte à travers la mer Rouge.
En anglais, Pâques se dit Easter. Ce terme dérive du nom de la divinité païenne Éostre et des festivités agricoles de l’équinoxe de printemps, appelées Ostara

 

Comment la date de Pâques est-elle fixée?


La date de Pâques dépend des cycles lunaires. Les catholiques et les protestants la célèbrent le dimanche qui suit la première pleine lune du printemps : ce jour peut tomber entre le 22 mars et le 25 avril.
Ce système de calcul a été adopté à partir du premier concile de Nicée, en 325 après J-C.
Les orthodoxes célèbrent Pâques entre le 4 avril et le 8 mai, c’est-à-dire le dimanche qui suit la première nouvelle lune du printemps.

 

Les origines de Pâques


La Pessa'h juive puise ses origines dans des festivités agricoles, sur le modèle de celles célébrées par d'autres peuples du Proche-Orient. Elle fut plus tard associée à l’exode des Juifs d’Égypte. 
Il existe un lien fort entre la Pâque chrétienne et la Pessa'h.
Dans les Évangiles, il est dit que Jésus est mort la veille de la fête juive, qui eut lieu un samedi cette année-là. La résurrection eut lieu le jour après la Pessa’h et devint le jour du Seigneur (dies dominica en latin).
Les premiers chrétiens ont célébré Pâques le même jour que la Pessa’h jusqu'au IIème siècle, pour commémorer le sacrifice du Christ pour sauver les Hommes du péché originel. Ce n'est que plus tard qu'il fut décidé de célébrer l’épisode de la résurrection et la date du dimanche qui suit la première pleine lune du printemps ne fut établie que lors du concile de Nicée.

 

Les œufs, l’agneau et le lapin de Pâques


De nombreux éléments qui caractérisent les festivités de Pâques proviennent de traditions juives et païennes.

 L'œuf a toujours symbolisé l'origine de la vie. Dans l'antiquité, il était relié au culte de la Déesse Mère et à d'autres divinités féminines comme, par exemple, la déesse Eurynomé  qui, transformée en colombe, déposa l’œuf cosmique et ordonna au serpent Ophion de s'enrouler sept fois autour de lui pour le couver. Lorsque l’œuf s’ouvrit, toute la création en sortit.

Les premiers chrétiens décoraient les œufs de poule avec des croix et d'autres symboles ou les coloraient en rouge pour commémorer le sang versé par Jésus. Cette tradition perdure dans l'Église orthodoxe et lors des rites des catholiques greco-byzantins.
Les paysans de la Rome païenne enterraient déjà des œufs peints en rouge comme symboles de fertilité et de bon augure pour célébrer la renaissance printanière.
 En revanche, pour les chrétiens l'œuf est associé à la résurrection du Christ.
Il semble que la tradition d’offrir des œufs pour Pâques soit née en Allemagne durant le moyen-âge où les premiers œufs artificiels recouverts de matériaux précieux furent fabriqués.
La diffusion massive d'œufs en chocolat vit le jour au XXème siècle, bien que des prototypes apparurent déjà en France au XVIIIème siècle, auprès de la cour du Roi Soleil.

Lors de la Pessa'h, les Juifs mangent de la viande d'agneau. Ils commémorent ainsi leurs ancêtres qui marquaient les portes de leurs maisons avec du sang d'agneau, afin que l'ange destructeur puisse les distinguer des Égyptiens. Cette nuit-là, l'ange vint en effet tuer tous les nouveaux nés - de tous les hommes et de tous les animaux - sauf ceux des maisons marquées de sang.
Les chrétiens, quant à eux, préparent l'agneau pour honorer le sacrifice de Jésus. En effet, le fils de Dieu s'est sacrifié comme un agneau pour libérer les Hommes du péché originel.

Le lapin et le lièvre ont toujours été des symboles de la fertilité, car ces deux animaux se reproduisent très rapidement.
La déesse Éostre, dont le nom a donné le mot anglais Easter, était d’ailleurs souvent représentée avec la tête d'un lièvre.
Le premier à avoir utilisé le lièvre comme symbole de la résurrection de Jésus fut saint Ambroise, au IVème siècle. Le pelage du lièvre qui change de couleur selon les saisons était associé à l’idée de renouvellement de la vie.
 Le lapin est devenu un symbole de Pâques beaucoup plus tard, vers le XVIème siècle, en Allemagne. La figure du lapin de Pâques et la coutume de préparer des friandises en forme de lapin sont désormais très répandues, surtout dans les pays germanophones et aux États-Unis.