LE CIRQUE PRIVÉ DE CALIGULA

La zone du Vatican a une histoire qui précède la construction de la première Basilique Saint-Pierre ; une basilique ordonnée par l'Empereur Constantin au IVe siècle. A l’époque, Caligula avait fait construire dans cette zone un cirque que plus tard, Néron fit restructurer. C’est avec ce dernier que commencèrent les persécutions des chrétiens. Le « Vaticanum » (le Vatican) devint alors un lieu d'exécution puis, de sépulture pour les martyrs de la nouvelle religion.

 

Le cirque privé de Caligula et les exhibitions de Néron

La zone qui se situe aujourd’hui entre la Cité du Vatican et la Via de la Conciliazione était au Ier siècle ap. j.-c., une zone très fréquentée. Les patriciens Romains faisaient ici construire leurs villas de campagne, entourées d'immenses jardins appelés Horti.

Tout près de la zone où se dresse maintenant la Basilique Saint-Pierre, se trouvaient les jardins d’Agrippine L’Ainée, mère de l'Empereur Caligula. A l'intérieur, Caligula y fit construire un cirque de 500 mètres de long et de 100 mètres de large qui pouvait contenir jusqu'à 20.000 spectateurs. Ce cirque était utilisé surtout comme hippodrome pour les courses de chevaux, de chars et de quadriges. L'Empereur avait pour habitude d’assister aux spectacles entourés seulement de sa Cour, mais lors d’occasions spéciales, l'entrée était aussi ouverte au peuple romain.

En 37 ap. j.-c., Caligula plaça au centre du cirque, un ancien obélisque égyptien. Le même obélisque que l’on peut admirer encore aujourd'hui et qui se trouve au centre de la Place Saint-Pierre. Il a été placé dans sa position actuelle par le Pape Sixte V en 1586.

En raison de son aversion pour les familles patriciennes, Néron, le successeur de Caligula, s'engagea dès lors à gagner la sympathie du peuple. À cette fin, il augmenta les possibilités de loisirs en y organisant de nombreux événements et célébrations. Au-delà d’assister aux spectacles, Néron aimait aussi participer aux compétitions de chars et jouer de la lyre.

Le fameux incendie qui dévasta Rome en 64 ap. j.-c. ne fut pas ordonné par Néron, comme on le rapporte souvent et à tort. Mais ce qui est certain, c’est que l'Empereur n'a pas fait grand-chose pour l'arrêter, détruisant ainsi la luxueuse Domus du Palatin, propriété de la noblesse romaine tellement détestée. Malheureusement, on sait que le nombre élevé d’habitants et les nombreux édifices fabriqués en bois n’arrangeaient rien et rendaient les feux assez communs dans la Rome de l'époque. Néron aussi le savait bien, mais il préféra blâmer les Chrétiens, donnant ainsi le coup d’envoi aux persécutions pour les deux prochains siècles à venir.

Certains des premiers martyrs et vraisemblablement Saint-Pierre, furent exécutés ici au nord du Cirque de Néron, sur la Colline du Vatican.

 

Les Sépultures Païennes

Déjà au milieu du IIe siècle après j.-c., le cirque fut abandonné et la terre donnée en concession à des particuliers pour la construction de tombes.

Les premières tombes de la Nécropole du Vatican, situées sous l’actuelle Basilique Saint-Pierre, étaient des sépultures païennes. Ce cimetière était utilisé en particulier par les esclaves libres et affranchis qui avaient réussi à accumuler assez d'argent. L'endroit était parfait car il était situé à proximité de la ville, mais en dehors de son périmètre et dans lequel les sépultures n'étaient pas autorisées. Il se trouvait juste de l'autre côté du fleuve Urbi et était relié par deux ponts.

La Nécropole du Vatican est aujourd’hui divisée en 24 chambres, utilisées à l’époque comme des sépultures collectives, chacune d’elles marquée par une lettre. Une ruelle centrale relie les différents espaces entre eux.

Le sépulcre le plus luxueux et le plus grand de toute la Nécropole est le Sépulcre H. Conçu à l’origine pour accueillir 170 défunts, il lui est arrivé parfois d’en accueillir jusqu’à 250. Il a été construit par un esclave affranchi, Gaius Valerius Herma, qui avait réussi à atteindre un niveau social et culturel enviable.

La richesse et l'élégance des chambres et des décorations de ce sépulcre sont surprenantes. Les planchers sont en marbre et dans les murs, on peut voir des niches sculptées, destinées à accueillir les cercueils des différents membres de la famille. Logées sur le mur du fond et en partie préservées, se trouvent plusieurs statues de divinités romaines.

A l'intérieur de la tombe des Valerii, deux bustes représentant Gaius Valerius Herma et sa femme Flavia ont été retrouvés. C’est probablement ici aussi, que devait se trouver la tombe tellement raffinée de Valerius Vasatalus, située aujourd’hui le long de la ruelle centrale. Sur la partie inférieure, se trouve un bas-relief représentant l'homme prenant part à une chasse au lion. Une activité qui, dans la tradition romaine, dénotait la force et la pureté.

 

Les Sépultures Chrétiennes

La religion de Pierre et Paul se propageant de plus en plus à Rome, les sépultures païennes se mirent à côtoyer désormais les sépultures chrétiennes.

Dans le Sépulcre M, le plus petit de la Nécropole, se trouve la plus ancienne mosaïque chrétienne connue à ce jour. L'œuvre est une magnifique représentation du Christ Soleil, une image présentant encore une fois, un savant mélange entre tradition païenne et tradition chrétienne.

On peut également voir dans la partie inférieure, l’illustration d’une scène de l'ancien testament, celle du prophète Jonas sur le point d'être avalé par une baleine.

Pour vous rendre sur le lieu de sépulture de Saint-Pierre, vous devrez atteindre la zone appelée « Campo P ». L'Apôtre a été enterré à cet endroit, à même la terre. Mais un siècle plus tard, en correspondance avec la tombe, on fit ériger un édicule avec deux petites colonnes et une dalle de marbre. Une petite partie est encore visible aujourd’hui.

Plus tard, les chrétiens préférèrent déplacer leurs sépultures de la Nécropole et les porter aux Catacombes. Etant donné que les corps de leurs défunts étaient conservés et non incinérés, les cimetières nécessitaient de beaucoup plus d’espace.

Les Catacombes, contrairement au mythe, n'étaient pas des lieux de célébrations religieuses mais étaient au contraire, des lieux humides et malodorants et où il n'était pas très agréable de s'attarder. Les chrétiens pouvaient y enterrer leurs proches sans dépenser d’énormes sommes, leur permettant ainsi d’acheter des sépultures ou des parcelles de terre.

St. Peter's Basilica adopts Vox Connect with immediate effect.

Guides and groups visiting St. Peter’s can confidently socially distance by using ‘Vox Connect’ on their own smartphones. This innovative and easy to use technology allows visitors to enjoy safe and secure guiding with crystal-clear commentary.

You can download Vox Connect for FREE from your app store and continue using it, anywhere you wish, without charge until the end of this trial period*

*Demo valid till 31st August 2020

You have Successfully Subscribed!